English
 
 

Les médecins du Nouveau-Brunswick demandent au gouvernement : cesser de consacrer des fonds de santé pour la « thérapie de libération »

Les médecins du Nouveau-Brunswick ont écrit au gouvernement provincial pour lui demander de cesser d’affecter des fonds à la « thérapie de libération » et de les consacrer plutôt à d’autres méthodes efficaces du point de vue clinique pour traiter la sclérose en plaques (SP).

« La sclérose en plaques est une maladie terrible, et dans le passé, les médecins et les patients ont entretenu de grands espoirs à l’égard de la thérapie de libération, a déclaré le Dr Robert Desjardins, président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick. Mais des études récentes ont démontré que cette thérapie n’est pas médicalement efficace pour traiter la grande majorité des patients atteints de la sclérose en plaques. Pour le Nouveau-Brunswick, le temps est venu de cesser d’accorder du financement aux personnes souhaitant ce traitement. »

Le Nouveau-Brunswick est la seule province qui consacre de l’argent des contribuables aux patients pour les aider à obtenir ce traitement. Les demandes de fonds ont chuté, mais le gouvernement a autorisé l’octroi de 2500 $ à chacune des douzaines de personnes qui voulaient la thérapie de libération. La procédure doit être exécutée à l’extérieur du pays, car elle n’a pas été approuvée comme traitement viable au Canada.

« Le financement a été annoncé avant la fin complète des essais de traitement, et le Nouveau-Brunswick est la seule province canadienne qui offre du financement aux patients désireux d’obtenir ce traitement à l’étranger, d’ajouter le Dr Desjardins. Le temps est venu d’agir et de dépenser cet argent pour aider les patients atteints de la SP par des moyens éprouvés. »

La Société médicale du Nouveau-Brunswick a demandé officiellement au gouvernement provincial de suspendre immédiatement le financement affecté à la thérapie de libération. Les médecins lui ont suggéré de consacrer plutôt les fonds à des traitements ayant démontré leur efficacité chez les patients atteints de la SP et ils ont offert de le rencontrer pour le conseiller à ce sujet.

On a déjà cru que la thérapie de libération pouvait corriger une cause de la SP. Mais des études menées en Amérique du Nord ont confirmé ce que l’on craignait : les résultats de cette procédure chez les patients démontrent qu’elle est foncièrement inefficace et que certains patients ont eu des complications sérieuses liées à la chirurgie.

- 30 –

Fondée en 1867, la Société médicale du Nouveau-Brunswick (SMNB) est l’association professionnelle qui représente tous les médecins du Nouveau-Brunswick. C’est une division provinciale de l’Association médicale canadienne. Son objectif est double : représenter et servir les médecins; défendre le droit à la santé des Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises. Plus de cent médecins néo-brunswickois siègent à notre conseil d’administration et aux comités; ils représentent les 1600 médecins de la province.